CARACTÉRISATION DES BACILLUS SPP. ISOLÉES DU SOL D’OLIVIER ET ÉTUDE DE LEURS POTENTIALITÉS DE BIOCONTROLE CONTRE LA MOUCHE DE L’OLIVE DACUS OLEAE (GMEL) AU NORD DE L’ALGÉRIE


MEDDAS Seyyid Ali, OULEBSIR-MOHANDKACI Hakima, HADJOUTI Rima, REGHMIT Nacer, HOUAS Yasmine, AMIRAT Dihia, NAITBOUDA Lamine et DOUMANDJI-MITICHE Bahia

Résumé

Description du sujet : L’olivier Olea europaea L. est considéré comme arbre très important pour les pays méditerranéens, à cause de la valeur de ses fruits frais ou transformés en huile. Cependant, la production des olives reste confrontée aux plusieurs obstacles citant ceux d’ordre phytosanitaire, comme la mouche de l’olive Dacus oleae (Diptera :Tephritidae), qui cause des dégâts considérables surtout sur le fruit.

Objectifs : L’application des méthodes de lutte biologique par l’exploration de la microflore du sol s’avère intéressante. C’est dans ce contexte que nous nous sommes intéressés à l’isolement de souches bactériennes appartenant au genre Bacillus à partir de la rhizosphère de deux vergers oléicoles situés dans la région de Boumerdes et Béjaia, ensuite des tests d’efficacité à l’égard de Dacus oleae ont été réalisés.

Méthodes : Après échantillonnage du sol, nous avons procédé à l’isolement, la purification et la caractérisation des isolats bactériens. Des essais de sélection des souches bactériennes ayant une activité insecticide la plus performant ont été effectués, suivis des tests de pathogénicité sur des larves au cinquième stade (L5) de la mouche de l’olive.

Résultats : 22 souches de Bacillus ont été isolées dans les deux régions, les tests d’efficacité montrent que le taux de mortalité est très important dès les premières heures de traitement (de 4 à 20 heures), et cela pour plusieurs souches de Bacillus notamment BM12. En effet, le taux de mortalité corrigée obtenus après traitement des larves L5 de D. oleae par la forte dose D1 de cette souche, atteints 100% au bout de 16h uniquement. L’examen des TL50 montre que les larves L5 de Dacus Oleae traitées par la même souche de Bacillus présentent des TL50 qui varient de 5 à 10 heures en fonction de la dose.

Conclusion : Avec le taux de mortalité élevé et la diversité des souches obtenues, il s’avère très intéressant de pousser la caractérisation et l’identification des souches isolées et leurs métabolites bioactifs spécifiquement les toxines pour une meilleure exploitation dans les programmes de lutte contre la mouche des olives.

 

CHARACTERIZATION OF BACILLUS SPP. ISOLATED FROM THE OLIVE SOIL AND STUDY OF THEIR POTENTIALITIES OF BIOCONTROL AGAINST THE OLIVES FLY DACUS OLEA (GMEL) IN NORTH OF ALGERIA

 

Abstract

 

Description of the subject: The olive tree is considered to be a very important tree for the Mediterranean countries, due of the value of its fruit, either fresh or processed into oil. However, the production of olives still faces several obstacles, mainly of a phytosanitary nature, such as the olive fly Dacus oleae (Diptera : Tephritidae) , which causes considerable damage, especially to the fruit.

Objectives.  The application of biological control methods by exploring the soil microflora is of interest. It is in this context that we were interested in isolating bacterial strains belonging to the genus Bacillus from the rhizosphere of two olive orchards located in the Boumerdes and Béjaia region, then efficacy tests against Dacus oleae were carried out .

Methods: After sampling the soil, we proceeded to isolate, purify and characterize the bacterial isolates. Tests for selection of the bacterial strains having the most effective insecticidal activity against Dacus oleae were carried out, followed by pathogenicity tests on larvae at the fifth stage (L5) of the olive fly.

Results: 22 Bacillus strains were isolated in the two regions, the efficacy tests show that the mortality rate is very high from the first hours after treatment (from 4 to 20 hours), and this for several Bacillus strains including BM12. Indeed, the corrected mortality rate obtained after treatment of the L5 larvae of Dacus oleae by the high dose D1 of this strain, reached 100% after 16 hours only. Examination of the LT50s shows that the L5 larvae of Dacus oleae treated with the same strain of Bacillus have LT50s which vary from 5 to 10 hours depending on the dose.

Conclusion: With the high mortality rate and the diversity of strains obtained, it is very interesting to continue the characterization of the other strains and their bioactive metabolites specifically toxins for the control of olive fly larvae.

PDF : 14-1872-1882 MEDAS ET AL